S'il n'existe pas de médicament miracle permettant à un fumeur de s'arrêter, il en existe néanmoins quelques uns permettant d'offrir une aide au sevrage. Il s'agit avant tout d'agir sur le syndrome du sevrage et le manque qu'entraine la suppression de la nicotine. Quels sont donc ces médicaments en question et quels sont leurs caractéristiques ?
Médicaments Anti-tabac
Bien vieillir | Contraception | Grossesse | Medecine douce | Minceur | Sexualite | Alimentation | Dentaire | Bebe | Sommeil | Anti-tabac | Medicaments | Anti-stress |

Afin de venir en aide aux fumeurs désirant arrêter, il est possible au médecin de prescrire différents médicaments. Ces médicaments, il faut bien le préciser, ne sont qu'une assistance et non un traitement miracle. Il existe deux types de médicaments prescrits dans ce cas précis: le premier type est classé dans les anti-dépresseurs, ce sont le plus souvent de l'amfébutamone ou bupropion, plus connu sous le nom de Zyban®. Il s'agit ici d'un dérivé des amphétamines, susceptible de présenter fréquemment des effets indésirables, quelquefois très sérieux. Il est donc de plus en plus déconseillé dans le sevrage tabagique par les professionnels de l'Afssaps, l'Agence Française de Sécurité Sanitaire et des Produits de Santé, les effets négatifs étant supérieurs aux résultats obtenus. Il existe également depuis peu le tristement célèbre Champix, faisant l'objet d'une polémique au sujet de sa dangerosité. Ses effets secondaires provoqueraient des états suicidaires, certains patients traités aux USA avec son équivalent vendu sous le nom de Chantix, seraient passés à l'acte. Il est donc recommandé aux médecins prescrivant ce médicament de porter une grande attention aux patients suivant un tel traitement. Le 2eme type de médicaments prescrit afin d'aider au sevrage du tabac est le substitut nicotinique, appelé traitement nicotinique de substitution. Pour faire simple on remplace la nicotine des cigarettes par un substitut qui peut être un patch, un timbre, des gommes à mâcher ou des inhalateurs.

Bien vieillir | Contraception | Grossesse | Medecine douce | Minceur | Sexualite | Alimentation | Dentaire | Bebe | Sommeil | Anti-tabac | Medicaments | Anti-stress |

© 2011 Freeseo & A-Design | Mentions légales | Nous Contacter

Il existe différentes méthodes d'aide au sevrage des fumeurs, la principale utilisée étant le traitement nicotinique de substitution. Avec des patchs, des timbres, des inhalateurs, les gommes, pâtes à mâcher, chewing gum et pastilles, toute une ribambelle de formes permettent au fumeur de faire le choix qui lui convient avec l'aide d'un médecin ou d'un tabacologue. Cette méthode a fait ses preuves et apporte une aide avérée, puisque on estime d'après les dernières études qu'elle offre 2 à 3 fois plus de chance de succès dans l'arrêt du tabac que sans l'utiliser. L'autre méthode utilisée est celle des anti-déprésseurs. Elle est en général prescrite dans les cas les plus difficiles, ceux où les patients réellement désireux de cesser de fumer rencontrent de grandes difficultés et dont le syndrome de sevrage est particulièrement difficile à maitriser. En effet la prise de ces médicaments, à la base l'amfébutamone ou bupropion, bien plus connu sous le nom de Zyban, n'est pas anodine. Les effets secondaires de ce dérivé des amphétamines pouvant être particulièrement graves, les autorités médicales Françaises ne le recommandent qu'en dernier ressort. Il existe également un autre médicament qui lui agit sur les récepteurs de plaisir au niveau du cerveau. Il les bloque de façon à ce que le fumeur ne ressente plus les plaisir procuré par la nicotine. Ce médicament, le Tartrate de Varénicline ou Champix, ait cependant l'objet d'une surveillance au niveau du plan de gestion de risque par l'Agence Française de Sécurité Sanitaire et des Produits de Santé. Pour plus d'information rapportez vous à la fiche correspondante dans ce dossier.