Les différents substituts nicotiniques apportent une aide précieuse à tous ceux qui veulent arrêter de fumer. Si la forme sous laquelle ils se présentent peut être différente, leur action est similaire. Ils diffusent dans le corps de la nicotine afin d'éviter la sensation de manque qui accompagne invariablement l'arrêt du tabac.
Substituts nicotiniques Anti-tabac
Bien vieillir | Contraception | Grossesse | Medecine douce | Minceur | Sexualite | Alimentation | Dentaire | Bebe | Sommeil | Anti-tabac | Medicaments | Anti-stress |

Le plus gros problème que va rencontrer un fumeur lorsqu'il va arrêter de fumer est le manque de nicotine. Afin de pallier à ce manque il existe les substituts nicotiniques qui vont diffuser une dose de nicotine dans le corps. La dose devra être, en début de sevrage de tabac, équivalente à celle qu'absorbait le fumeur auparavant. Sachant qu'une cigarette contient 1mg de nicotine, il faudra 30mg de substituts nicotiniques pour celui qui fumait un paquet et demi de cigarettes par jour. L'avantage ici est que la nicotine n'est pas diffusée par les poumons mais par la muqueuse buccale pour les chewing gums, les pastilles et autres gommes, ou par la voie veineuse pour les patchs par exemple. De plus a contrario de la nicotine contenue dans le tabac, celle des substituts nicotiniques n'entraine pas de dépendance. On estime qu'un fumeur aura entre 2 et 3 fois plus de chances de réussir à s'arrêter s'il les utilise. A noter que la CPAM les rembourse jusqu'à 50 euros par an, mais, ceci, sans tiers payant. Nous verrons dans ce dossier le détail des différents substituts nicotiniques existants avec leurs avantages et inconvénients.

Bien vieillir | Contraception | Grossesse | Medecine douce | Minceur | Sexualite | Alimentation | Dentaire | Bebe | Sommeil | Anti-tabac | Medicaments | Anti-stress |

© 2011 Freeseo & A-Design | Mentions légales | Nous Contacter

Actuellement afin d'aider les fumeurs au sevrage on compte quatre différents genres de substituts nicotiniques: les patchs ou les timbres, les gommes, pâtes à mâcher et chewing gum, les pastilles et les inhalateurs. Ils présentent tous l'avantage de délivrer progressivement la nicotine, sans passer par les poumons, sans aucune dépendance, sans risques cardio-vasculaires et sans contre-indications le plus souvent. En revanche il faut absolument doser correctement la prise quotidienne de façon à éviter la sensation de manque. Il est important de savoir que le fait d'utiliser des substituts nicotiniques n'est qu'un plus pour le sevrage du tabac mais en aucun cas une panacée ou un médicament. Il est et reste une aide simplement. Il faudra au fil du temps réduire peu à peu la dose de nicotine de manière à la descendre finalement à 0mg. Dans quelques cas il est possible que la dose de nicotine des substituts nicotiniques soit trop importante, les symptômes les plus visibles en sont nausées et diarrhée, bouche pâteuse, insomnies et impression d'avoir trop fumé ... Ce genre de surdosage est le plus fréquemment observé avec les timbres ou les patch. Pour régler le problème il suffit simplement d'enlever le timbre ou le patch quelques heures et de changer le dosage.La prescription médicale en ce qui concerne les substituts nicotiniques varie selon les cas mais se situe généralement entre 6 semaines et 6 mois. Il existe quelques effets indésirables avec les pastilles et les gommes à mâcher comme des brulures d'estomac, des brulures du pharynx ou des hoquets. Les gommes à mâcher, chewing gum peuvent aussi décoller les prothèses dentaires.