Le syndrome de sevrage chez un fumeur apparait lors de l'arrêt net, ou d'une très forte restriction de l'apport en nicotine. Les diverses manifestations physiques du syndrome de sevrage peuvent durer de quelques semaines à plusieurs mois selon les fumeurs. Leur intensité diminue avec le temps, les 2 premières semaines suivant le début du sevrage étant les plus difficiles.
Syndrome du sevrage Anti-tabac
Bien vieillir | Contraception | Grossesse | Medecine douce | Minceur | Sexualite | Alimentation | Dentaire | Bebe | Sommeil | Anti-tabac | Medicaments | Anti-stress |

Avec l'arrêt du tabac et par là même de l'apport en nicotine,le fumeur dépendant subit le syndrome de sevrage. Il sera ressenti plus ou moins fortement et longtemps selon les individus et le type de fumeur. Plus la dose de nicotine quotidienne était élevée, plus le syndrome sera fortement perçu et plus longtemps il durera. Il se caractérise par la manifestation de divers indices physiques tels que une forte irritabilité, tristesse, insomnie, anxiété, difficulté de concentration, agressivité ou colère, humeur triste ou dépressive, constipation, une forte augmentation de l'appétit, etc ... Si certains de ces symptômes peuvent durer plusieurs mois, ils ne sont réellement forts que durant les 2 à 3 premières semaines dans la majorité des cas. Si les signes persistent après une période de 6 mois, il est conseillé de consulter un médecin ou spécialiste en tabacologie.

Bien vieillir | Contraception | Grossesse | Medecine douce | Minceur | Sexualite | Alimentation | Dentaire | Bebe | Sommeil | Anti-tabac | Medicaments | Anti-stress |

© 2011 Freeseo & A-Design | Mentions légales | Nous Contacter

Le syndrome de sevrage d'un fumeur engendre certains signes extérieurs dont les principales manifestations sont l'irritabilité et la colère, l'impatience, des états d'anxiété ou dépressifs, etc ... Le plus souvent ces symptômes disparaissent au bout de quelques semaines, le plus difficile étant de passer le cap de la première semaine, moment durant lequel la sensation de manque en nicotine se fait la plus forte . En cas de trop fortes manifestations du syndrome de sevrage, les médecin peuvent prescrire des anxyolitiques ou anti-dépresseurs de façon à amoindrir l'inconfort provoqué par le sevrage brutal. Il existe d'autres possibilités de remédier au syndrome de sevrage, comme la pratique d'un sport ou d'une activité permettant de faire oublier à l'ex-fumeur le manque qu'il peut ressentir. La relaxation, la méditation, le yoga ou le tai chi sont également une très bonne médication permettant d'évacuer le stress engendré par l'arrêt. Enfin, dans le cas où le manque se fait trop fortement présent, il est toujours possible sous la prescription d'un médecin de le compenser par la mise en place d'un patch. Nous verrons dans ce dossier les différentes formes que peut prendre le syndrome de sevrage et quels sont les moyens permettant de les combattre.